Travailler la mise en tension du public 2.

, par fongus

Dans un premier atelier nous avons travaillé les bases de la structures d’une improvisation, et les moyens qui amènent le jeu à être limpide pour le publique.
Nous avons travaillé pour l’essentiel sur l’établissement du qui, quoi, ou.
Dans cette deuxième partie d’atelier nous allons traiter de la mise exergue du problème, la réaction émotionnelle et du retournement de situation.

Échauffement

L’échauffement doit être surtout mental, vider l’esprit pour favoriser la concentration et l’écoute.
Pour cela je vous conseille si vous êtes assez nombreux le :
- KATAPULTI
- Le chasseur
- La chaine des mots

Exercices : Le problème et la charge émotionnelle

Ce type d’improvisation travail plus la relation dans l’improvisation. Il est donc important pour ce type d’exercice d’imposer une relation et un enjeu.
Commencer par travailler des improvisations à deux qui travaille sur la relation entre les joueurs, avec des statuts sociaux limpides (Maître et valet par exemple).
Pour comprendre la mise en exergue sur la base des éléments précités.
- Majordome et maître : met en avant la relation entre les personnages et la montée en charge du problème.
- Le passage de problème : est un exercice un peu complexe mais qui permet au joueur de travailler chacun leur tour la mise en exergue du problème ainsi que le passage du problème. Pour cet exercice, l’échec étant souvent régulier ; il faut savoir alterner avec d’autres exercices pour dynamiser le groupe.

Le coup de théâtre et le retournement de situation

Dans cette deuxième partie, proposer des improvisations mixtes sur la base des exercices précédents. Insister comme dans l’exercice majordome et maître sur la partie charge du fautif. Essayer de faire prendre conscience à vos joueurs qu’il y a un point de rupture, avant la révélation de la vérité. En effet pour pouvoir réaliser cette bascule de la mise en pression à la révélation de la vérité, à l’acceptation de cette vérité. Il faut bien avoir assimilé l’objectif cité dans La mise en tension 1 : Accepter de souffrir.

L’objectif des improvisateurs sera le suivants :
- A et B définissent le qui, quoi, ou.
- Établir le problème entre le joueur A et B (le fautif)
- Faire monter en pression la faute par le joueur A sur le joueur B en spécifiant l’objet de la faute
- Le rôle du joueur B sera alors de fuir la vérité.
- Pousser jusqu’au point de rupture.
- La révélation de la faute ou du problème doit être brève et clair par le joueur B.
- Laisser le joueur A accepter la révélation et accepter les conséquences de la révélation
- Installer une relation inverse à la première (A devient le fautif).